Retour

             Un ''petit'' historique de ma présence de 30 ans dans le 68 :

En septembre 1982 j'ai été nommé aumônier fédéral pour la fédération JOC-JOCF de Colmar et environs qui s'étendait de Colmar à Sélestat et de Ste Croix-aux-Mines à Biesheim avec une insertion à la paroisse St Antoine de Colmar et une extension ponctuelle à la paroisse St Léon, de Horbourg-Wihr et Andolsheim. 

A partir de 1991 j'étais, en même temps, prêtre-coopérateur pour le secteur paroissial St Antoine/St Léon/ Horbourg-Wihr/Andolsheim
En 1995, j'ai été nommé prêtre-coopérateur à Wittenheim avec la responsabilité de la Paroisse Ste Barbe
D'octobre 1998 à août 1999 j'étais prêtre-modérateur pour le secteur paroissial Bollwiller/Pulversheim tout en étant encore prêtre-coopérateur à Wittenheim, avec à partir de septembre la nomination de curé et à partir d'octobre 2003 extension du secteur à Feldkirch/Raedersheim/Ungersheim.
Je suis donc, je crois, le plus ''ancien'' dans le coin ... et du fait que depuis 1998 je suis aussi connecté à internet et que j'ai un site WEB,je suis au''carrefour'' d'une ''toile'' qui s'étend de Sélestat à Mulhouse etde Linthal au bord du Rhin...
             
... et quelques réflexions....
L'une des conséquences de tout cela, c'est que ''tombe'', parfois, dans ma boîte aux lettres internet, des réflexions, questions, réactions, étonnements, désaccords etc, de paroissiens/nes présents sur le net dont certains/nes m'ont trouvé par l'entremise de mon site.
J'ai constaté, depuis longtemps, que parce dans la plupart des cas ils n'osent pas interpeller leur curé sur des points qu'ils estiment  ''litigieux'' ça finit, quelque fois, par ''atterrir'' chez moi... qui les renvoie toujours, après leur avoir donné quelques éléments de réflexion, vers leur curé..
..mais je ne sais jamais s'ils font cette démarche...
Je ne porte pas de jugement car je suis dans ''mes souliers'' et pas dans ceux des autres, mais néanmoins voici ce qui revient le plus souvent : ''refus de baptiser un enfant dont les parents ne sont pas mariés ( ce qui est contraire au droir canon en vigueur ) accueil un peu ''abrupt'', affrmation que quand l'un ( ou les deux) est divorcé on ne peut ''rien faire'' .. et d'autres choses qui ont été cause de ''bloquages'' ...suite à des recoupements avec d'autres '' sources''j'estime que 90% des diverses choses étaient fondées...
Personnellement je ne passe pas non plus par''trente-six chemins'' dans certains cas...un exemple parmi d'autres : lors de la première assemblée générale en octobre 1999, au foyer St Charles, l'un des participants m'avait interpellé en disant : '' Vous savez, monsieur le curé, il faut savoir ménager les susceptibilités" ...un peu pris de court, j'ai ouvert mon classeur à la page où j'avais ma nomination, et j'ai répondu, avec un grand sourire.. ''je suis désolé, l'évêque ne m'a pas mis ce point dans ma mission ''....il y a eu un certain silence certains ont du se demander de quel ''oiseau'' ils avaient héritté !... et je n'ai
jamais su jusqu'où est allée ''l'onde de choc'' de ma répartie !

Conclusion : on ne peut pas empêcher les gens de penser, de s'exprimer, de réagir et quelles que soient les distances, verbalement déjà et surtout
avec internet tout circule très rapidement, presque en temps réel, et dans
toutes les directions '' où souffle le vent''....