Dans la Bible : un langage sur l’homme

Nos prières, entre autre le ‘’ Notre Père ‘’, et le ‘’ Je crois en Dieu ‘’, les textes de la Bible, comme des expressions de foi comportent des mots et des notions marqués par la représentation ( et donc de sa compréhension ) du monde dans un contexte  non scientifique.

Un rapide ‘’survol’’ :

L’Homme - homme et femme - est ‘’chair’’, en hébreu : ‘’Basar’’ 

L’Homme est ‘’cœur’’ : le mot désigne la personnalité consciente, intelligente et libre d’un être humain. Il est donc le siège et le principe de la vie psychique profonde, il désigne le ‘’dedans’’ de l’Homme, son lieu caché, son intimité et sa liberté.

L’Homme est ‘âme’’ - ‘’Nephesh’’, en hébreu, a été traduit ‘’Psuché’’ en grec, ‘’ Anima’’ en latin et ‘’Âme’’ en français. Chez les juifs, ‘’l’âme’’ désigne l’Homme tout entier en tant qu’animé par un esprit de vie -  Le mot ‘’âme’’ en hébreu sert surtout à désigner le principe qui fait qu’un être est vivant ou plus simplement ce qui distingue un mort d’un vivant. 

L’Homme est ‘’esprit’’ ; ‘’Rouah’’ - l’esprit - désigne le principe de vie en son caractère universel.

L’Homme est ‘’sang’’ , le sang c’est la Vie.

 

Dans la réflexion biblique, l’Homme est vu comme étant ‘’UN’ ; la disparition du souffle étant le signe de la mort. Parler de la chair, de l’âme, du sang, de l’esprit, pour un juif, ce n’est pas désigner des réalités distinctes, c’est à chaque fois parler de l’Homme tout entier à partir d’une de ses composantes.

Ainsi la ‘’chair’’ évoque plutôt la fragilité, la finitude de l’homme ( et non son corps visible avec ses organes de chair et de sang )

L’’âme’’ met plutôt en valeur le caractère animé du vivant ( par opposition au mort )

L’’esprit’’ désigne le souffle de vie qui, au-delà de chaque créature, anime tout l’univers et tous les vivants.  

C’est de la philosophie grecque que nous vient la notion de corps et l’âme comme deux réalités distinctes. L’âme immortelle quittant le corps mortel au moment de la mort.

Le ciel, l’enfer, le paradis : ces notions viennent d’une représentation antique du monde : la terre étant un disque plat qui repose sur des piliers dont les bases s’enfoncent jusqu’au plus profond du monde inférieur, avec une voûte céleste par-dessus et un en-dessous mystérieux et inquiétant.

Le ciel - les cieux - l’univers de Dieu, le lieu où habite Dieu.  L’expression : “le 7ème ciel” vient de Babylonne - c’était le lieu  (le plus haut ) de résidence de la divinité.

 

Les enfers - l’enfer - Sous la terre se trouve le monde inférieur appelé ‘’Shéol’’ chez les hébreux - ‘’inférieur’’ : mot qui a donné naissance au mot ‘’ enfers’’.

Le Shéol évoque un univers de destruction, de chaos et de mort - Nommé Hadès chez les grecs et Atallu chez les assyriens-babylonniens, c’est un lieu de ténèbres où l’aurore est nuit noire, lieu de perdition d’où on ne revient pas.

Le paradis - dans la Bible il est question du jardin d’Eden - l’eden est un mot ayant un double sens : 1) c’est la steppe - 2) il signifie ‘’jouissance’’, ‘’bonheur total et définitif’’ auprès de Dieu.

 

La Résurrection : c’est la croyance chrétienne que la vie de maintenant se continue, par delà le passage de la mort, sous une forme radicalement nouvelle et pourtant en ‘’continuité personnelle’’ c’est-à-dire on se ‘’re - connaitra’’ ( se connaître de nouveau ) à des ‘’signes’’ comme les disciples ont ‘’re-connu’’ Jésus ressuscité à des ‘’signes’’ : fraction du pain, paroles, attitudes, qu’il avait déjà posé avant sa mort.

 

 

 

 

 Retour