Parler du péché aujourd’hui ?

A une époque tout était péché, on se sentait coupable pour, presque, n’importe quoi, et aujourd’hui on se sent libéré de ce qu’on faisait peser sur nous. Le péché, même pour certains chrétiens ce mot ne signifie plus rien, à l’inverse il y a des personnes qui voient le péché partout. Entre ces extrêmes qu’est-ce qu’on peut en dire ?

 

C’est quoi, le péché ?

Nous constatons que le mal, sous de multiples formes, est toujours présent dans le monde, il se présente de manière diffuse et ‘’blesse’’ les relations entre les hommes et entre les peuples. Consciemment ou insconsciemment, nous participons, plus ou moins fortement, à ce mal, il nous atteint, parfois nous nous en rendons complice, nous l’acceptons comme une fatalité.

Parler du péché ? En montrant ses effets : destruction de la confiance et des liens, isolement et enfermement, mensonge et violence....  tout cela trouve des résonances dans notre vie.

Se reconnaître pécheurs est l’acte, libre, de la reconnaissance que je suis pris, empêtré dans ces logiques de “mort’’, que j’y participe, sans trop pouvoir repérer, discerner, à partir d’où et de quand.

Je reconnais que j’y contribue, explicitement  ou implicitement, et je le remets à Dieu.

Si, en même temps, ou d’abord, nous reconnaissons que l’amour de Dieu est une ‘’source de vie’’ en nous , la démarche est alors de désensabler cette source, d’écarter ce qui, dans notre vie, fait obstacle à son action d’irriguer ce dont nous sommes faits. C’est une chemin de vérité et de libération, un chemin de réconciliation.

St Paul a écrit : “ ... au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu “ ....( 2ème lettre aux Corinthiens 5, 20 ) Ce qui s’oppose à la réconciliation, c’est le péché, puissance de mort à l’oeuvre dans l’histoire de l’humanité, et ce dés les origines comme nous le raconte le récit mythique du Livre de la Genése. L’humanité a été, dans l’exercice même de sa liberté, attiré par cette force de mort, de domination, d’égoïsme, c’est ce qu’on a appelé le “péché des origines” ( le péché originel ) qui divise, qui sépare en opposant les hommes, les pays, les peuples.

Le péché, c’est le refus d’aimer. Aimer passe par une attitude intérieure, une attitude morale ( au sens de conduire notre vie ) qui nous trouve vigilant pour refuser tout acte, comme toute parole, qui nous détourne de l’amour et donc de Dieu et de nos semblables.

 

Ce n’est pas devant notre péché que nous devons nous situer,

mais devant l’amour de Dieu. 

 

 Retour