ASSOMPTION 2012 : Apocalypse et Evangile selon St Luc Année B

D’après les biblistes, dans ce récit, dit ‘’de la visitation’’ Luc a mis dans la bouche de Marie, en l’adaptant à elle, un chant de louange de la tradition juive,… et à part les trois lignes du début et les deux de la fin, tout le reste est une proclamation de foi :  foi d’Elisabeth en l’action de l’Esprit-Saint qui lui fait discerner le sens et la portée des événements et lui inspire des paroles de louange ; foi de Marie qui reconnaît l’action de Dieu dans vie et pour cette raison, lui adresse son chant de louange et nous-mêmes, pour quelles raisons, voulons-nous le louer ce matin ?

c’est d’abord toute l’Eucharistie, qui est une grande louange dans laquelle nous pouvons glisser nos petites louanges personnelles…

chaque eucharistie est un grand merci adressé à Dieu de nous avoir rejoint en Jésus-Christ épousant notre condition humaine en prenant corps en Marie et pour saisir le sens de la fête d’aujourd’hui il faut aller voir du côté de la logique dans la foi en Dieu  : si Dieu fait du corps de Marie sa demeure, la demeure du corps de Marie c’est Dieu - le fondement de la fête de l’Assomption c’est la conscience d’un lien indissoluble entre l’humanité du Christ et l’humanité de Marie - donc comme le Christ est ressuscité et reconnu comme le premier des vivants, Marie de même est aussi déjà ressuscitée et vivante auprès de Dieu....

Pour vraiment entrer dans la compréhension de ce mystère, c’est donc d’abord vers Jésus-Christ qu’il faut regarder, vers Dieu qui a voulu prendre la condition humaine pour se faire connaître et ensuite vers Marie qui a dit ‘’oui’’, en se disant « l’humble servante du Seigneur »...on est très loin de l’image de la femme présentée dans le Livre de l’Apocalypse - dans cette femme, une ancienne interprétation y a d’abord reconnu Marie donnant naissance à Jésus, puis les biblistes y ont reconnu l’Eglise, fondée sur les douze apôtres, enfantant le Christ pour le donner au monde, malgré les forces du mal qui veulent l’en empêcher ; le désert étant le lieu de l’épreuve pour l’Eglise. et le lieu où Dieu lui parle... 

Il n’en reste pas moins que Marie tient une place importante dans l’Eglise, et nous avons raison de la prier, en premier lieu parce qu’elle a accueillie favorablement l’appel de Dieu et par la suite la parole de Jésus son Fils,

Pour nous, du cœur de cette fête, des appels nous sont adressés :

l’appel à renouveler notre foi en Dieu, notre confiance au Christ ressuscité,

l’appel à prier, à bien entretenir notre vie en Eglise….

et, symboliquement, à porter le Christ en nous… pour qu’il puisse naître de nous…. oui, donnons-lui en quelque sorte naissance à travers tout ce que nous disons et faisons, à travers ce que nous sommes…

soyons ainsi de ceux et celles qui par leur vie ‘’donnent’’ pour ainsi dire, le Christ aux hommes de notre temps... malgré , ou plutôt , avec tout ce qui se vit de triste, de difficile, de dramatique, dans notre société, dans le monde,  soyons de ceux et celles, qui donnent  vie à l’espérance, à la fraternité, à la solidarité... et à tout ce qui permet une vie humaine à l’image du désir et de la volonté de Dieu -

on dit que l’Eglise, peuple des croyants, nous est donnée, oui, c’est vrai

mais ayons aussi en nous le désir que notre communauté de paroisses, qui est la portion d’Eglise qui nous est confiée, soit une Bonne Nouvelle pour nos semblables, et prions Marie, pour qu’elle nous aide à y travailler …

comme prière,…disons-lui simplement, en nous-mêmes, « Marie, comme aux serviteurs des noces de Cana, redis-nous, toujours, en nous montrant, Jésus ton Fils : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le »

 

 

 

 

 

  

 

 RETOUR