Cela a commencé après la profession de foi ( qu’on appelait alors : Communion Solennelle et Rénovation des Voeux de Baptême ) d’avril 1956 : fin 1956, au cours d’une matinée de jeunes où un prêtre avait parlé de sa vie et présenté une exposition sur la vie et la mission du prêtre, j’ai pensé: ‘’ce n’est pas pour moi, je dirai que je n’ai pas compris ‘’ -  j’étais dans une équipe JOC et apprenti peintre en lettres -  Puis en 1957, un jour, l’aumônier JOC a dit à moi et à un autre : ‘’vous deux, je vous vois prêtre’’ moi j’ai rigolé en disant : ‘’moi je ne me vois pas ainsi ‘’ - à l’époque le prêtre était en soutane et la messe en latin,

En août 1958, lors d’un camp mission, le Père Monnier, un jésuite, a répondu à la question des prêtres-ouvriers par : ‘’ l’avenir, ce n’est pas des prêtres qui deviennent ouvriers, mais des ouvriers qui deviennent prêtres ‘’ du coup, j’ai pensé : ‘’ça, ce serait quelque chose pour moi ‘’ et tout de suite : ‘’non, car je veux me marier’’ et là j’avais quelqu’un en tête et dans le cœur….

En 1961, la question d’être prêtre m’a subitement ‘’retravaillé’’ très fort, c’était comme si ‘’quelqu’un’’ s’adressait à moi, à ‘’l’intérieur’’ de moi, j’en ai parlé à un prêtre dont les réponses ont été, pour ainsi dire, ‘’à côté’’ de mes questions et préoccupations - En rentrant de l’armée en juin 1963, je décidais, de ne plus réfléchir à la question et de ne plus en parler avec quelqu’un. Mais, de temps en temps, quand je voyais un article dans la Vie Catholique à ce sujet,  je le lisais avec attention.  Le désir de me marier m’habitait toujours et je ‘’regardais’’ bien autour de moi dans ce sens…

En 1964, un soir, j’en ai rediscuté avec l’aumônier JOC de Strasbourg, en résumant ce qui s’est passé avant mon service militaire, et j’ai ajouté, : ‘’prêtre, pourquoi pas ? mais ce qui me pose question c’est d’arrêter le travail, de quitter la quartier etc ....et de rentrer au Grand Séminaire ‘’ - à l’époque, c’était une coupure assez radicale - il m’a répondu : ‘’ ça, il faut t’y résigner ‘’, j’ai écouté et j’ai pensé :’’ s’il faut se résigner.... ce n’est pas pour moi ‘’ et je n’ai plus discuté de cela avec cet aumônier.  Une autre fois,  toujours en 1964, lors d’une soirée de bilan avec des gars et filles de la JOC, des soirées du carême des jeunes animé à la cathédrale de Strasbourg par le Père Maillard, quand il a demandé si personne de nous n’avait jamais pensé à être prêtre ou religieuse, quelqu’un gars et filles se sont tournés vers moi en disant : ‘’toi, on te verrais bien prêtre ! ‘’ moi : ‘’ ça va pas la tête, vous êtes fous ! ‘’

J’ai voulu changer d’entreprise car là où j’avais fait mon apprentissage, on se servait de moi pour faire pression sur d’autres, - j’ai répondu à une annonce et après entretien j’ai dit oui et j’ai démissionné de là où j’étais...mais Strasbourg n’est pas ‘’grand’’ ... le fils du patron a compris où j’allais... et je n’ai pas été embauché... j’ai compris d’où venait ‘’le coup’’ et plutôt que de revenir à l’ancienne boite en reconnaissant ma ‘’défaite’’, - j’ai appris 2 ans plus tard qu’il avait contacté mon futur patron en lui disant que je ne suis pas un bon travailleur -    j’ai cherché du travail pendant 2 semaines, j’ai commencé comme manoeuvre chez Joustra : Jouets de Strasbourg - c’était dur et ingrat comme boulot, je me suis dit un soir que j’ai tout raté et que ma vie était foutue -  puis au bout de 10 mois, j’ai changé ( en répondant à une annonce ) et j’ai débuté à la Clicherie Alsacienne comme aide-photograveur typo. J’étais toujours en JOC, ( les copains m’ont alors bien aidé à tenir le coup pendant le travail chez Joustra ) mais j’évitais de lire tout ce qui avait trait à être prêtre pour ne pas avoir à penser et à rediscuter de ce sujet.  Au cours d’une session JOC, j’ai entendu qu’on pouvait se former en vue d’être prêtre sans entrer au Grand Séminaire, là j’ai pensé : ‘’ ah, si j’avais su ça il y a quelques années ... mais maintenant ce n’est plus le moment d’y penser, de me lancer dans quelque chose dont je ne suis pas sûr que ça aboutisse . ‘’ Puis ça m’a quand même un peu ‘’travaillé’’... puis j’ai réussit à ‘’m’en débarrasser’’ - Un soir, alors que je revenais de Strasbourg à pied avec la fille que j’avais commencé à fréquenter , je me suis assis avec elle, sur un banc, près de l’église St Florent de Cronenbourg, pour échanger et là j’ai vécu une chose imprévue, pendant un certain temps c’était comme si une ‘’voix intérieure’’ me parlait et me faisait comprendre que tous les événements que j’avais vécu depuis 1956 avait un lien entre eux et que c’était à être prêtre que j’étais appelé, et je réagissais…pendant ce ‘’dialogue intérieur’’ je n’avais même plus conscience que j’avais quelqu’un à côté de moi…. Pour moi, c’est le Christ qui, à ce moment là, m’a ‘’dit’’ ce à quoi il m’appelait….

J’ai finit par m’inscrire à un W-E de réflexion pour y voir plus clair, mais j’ai eu un accident de voiture et un arrêt de travail de 10 mois,... après la reprise du travail, j’ai changé d’entreprise et j’ai commencé à Inducolor ( photogravure off-set couleur ) j’ai suivit la formation: ‘’être prêtre aujourd’hui’’ ( 1er cycle) en continuant le travail ). mais j’hésitais encore devant le pas à franchir : arrêter le travail professionnel que j’aimais, avoir moins d’argent à ma disposition, quitter la région,...bref, c’était pas simple, j’avais l’impression de ‘’ risquer ma vie ‘’ en prenant une telle décision. Puis j’ai décidé de continuer la réflexion et la formation en 2ème cycle avec départ en banlieue parisienne, ‘’ .... J’ai été ordonné prêtre samedi 18 novembre 1978 à Sélestat en l’église Notre Dame de la Paix.

 

 RETOUR