Pulversheim

 Le village n’est entré dans l’histoire qu’au 8ème siècle.

 Nommé pour la première fois dans une charte publique en 768,sous

 son nom primitif Wolfrigesheim ou Wolfriegesheim son orthographe

 a subi au cours des siècles, de nombreuses mutations:

 Welfricheshen ( 1004 ) Welfersheim ( 1250 )

 Wulversheim ( 1285 ) Wulwersheim ( 1420 )

 Wulfersheim ( 1544 )

 Etymologiquement la partie génétique provient du gothique wulf ou

 wolf, syllabe du nom qu’on retrouve dans le nom de nombreuses

 localités ainsi que de personnes qui ont donné leur nom au village

 dont ils ont été les fondateurs.

 Wolfrich est un loup puissant. Le suffixe heim, du nom gothique

 haim=établissement, a été ajouté sous l’occupation alémanique du

 5ème siècle à des centaines de noms de villages en Alsace.

 Le mot heim est entré dans le dictionnaire français sous la forme

 anglo-saxonne ‘’home’’ qui signifie ‘’le chez-soi’’.

On ne saurait donc déduire l’origine du nom Pulversheim du mot

 poudre ( pulver). Une ébauche de l’orthographe actuelle apparait

 dès le 14ème siècle, Bulfersheim est citée en 1506. En 1725 la

 localité est orthographiée à la fois Bulversheim et Pulversheim.

 

 Pulversheim, ancienne seigneurie indépendante, devenue commune

 en 1792, est rattachée depuis 1790, d’abord au district de Colmar,

 puis au département du Haut-Rhin et au Canton d’Ensisheim et  

 depuis 1870 à l’Arrondissement de Guebwiller.

 On y distingue le village historique de caractère agricole, aux

 maisons basses et vieillottes, parmi lesquelles s'intercalent quelques

 demeures plus récentes, groupées le long de la RN 430, autour de

 l’ancienne église St Etienne. La partie plus moderne, c’est la cité des

 Mines Kali Ste Thérèse, les maisons individuelles, les lotissements, la

 nouvelle église St Jean, la mairie, l’ensemble culturel et sportif, la

 zone industrielle et commerciale, le tout regroupé principalement

 de part et d’autre de la route d’Ensisheim.

 L’espace entre les deux quartiers a disparu, les maisons et les

 esprits se sont rapprochés. Le petit hameau est devenu un bourg, de

 2234 habitants, concentré autour d’un carrefour de deux routes, la

 RN 430 de Mulhouse à Guebwiller, et celle ( CV 2 bis ) qui va de

 Cernay à Colmar. Une grande part du trafic est absorbée par la voie

 rapide qui relie Mulhouse à Guebwiller.

    

      Retour